Le camp Cigarettes WINGS

 

 Après la libération de la commune le 12 septembre 1944 par les troupes britanniques et en particulier par la 51ème division écossaise (51ème Highlander Division) qui couvrait le secteur lors de l’opération ASTONIA, c’est aux troupes américaines de prendre pieds sur le sol cauchois pour reconstruire les infrastructures détruites, soit par l’occupant, soit par les nombreux bombardements dont ceux terribles de septembre. Les Américains, comme ils l’avaient fait à Cherbourg, ont commencé à rétablir les installations du port dont près de 90% ont été détruites par les Allemands, déblayer les ruines, ouvrir les routes, reconstruire les ponts, participer au relogement de la population durement touchée.

 

C’est un régiment de l’armée Américaine, le 373d Engineer General Service Regiment, commandé par le colonel Franck BELL qui avait en charge les unités désignées pour la reconstruction du Havre et de sa région dès la fin 1944. Il était constitué du 351st Engineer General Service Regiment (1st battalion), du 1055th et 1061st Port Construction and Repair Groups, du 577th Dump Truck Company, du 392d Engineer General Service Regiment, du 1593d Utilities Detachment et deux compagnies d’ingénieurs de la marine Britannique.  

 

Ils construisaient des camps de tentes et baraquements en bois situés en forêt et dans les champs du pays de Caux. Sur les 9 camps Cigarettes implantés en Seine-Martime, un était à proximité d’Octeville-sur-Mer, il s’agissait du camp Wings, avec une capacité de 2 250 hommes, et était situé à proximité de l’aéroport. Il a été mis sur pieds par la compagnie C du régiment 373d assistés par des prisonniers Allemands.  Ces prisonniers participaient ensuite avec des GI’s et des volontaires Français aux opérations de déminages sur deux secteurs principaux : le premier de Fontaine-la-Mallet à la falaise, en passant par Dondeneville, et le second,  de Dondeneville à Ecqueville, en passant par les vallées.

 

Ainsi, la population octevillaise voyait souvent ces GI’s dans la commune et notamment lors de la cérémonie du 8 mai 1945 où des soldats appartenant aux camps WINGS assuraient la tête du cortège dans les rues du bourg.

 

Ces noms de cigarettes, donné à tous ces camps avaient deux objectifs : le premier pour assurer la confidentialité de l’emplacement du site vis-à-vis de l’ennemi et le second, pour apporter un peu de réconfort aux soldats revenant des opérations.